L’importance de donner un sens à sa vie avec l’hyperphagie

Bonjour à toi,
Donner un sens à sa vie avec l’hyperphagie ? Tu te demandes certainement ce que cela veut dire… car tu aimerais bannir l’hyperphagie de ta vie. Sur le papier, tu coches peut-être les cases qu’on t’a inculquées : un travail (plus ou moins stable), une famille, un logement. Tu es sensée avoir tout pour être heureuse. Mais l’hyperphagie est là et te gâche ce plaisir.

Tu connais certainement toutes les règles sur ce qu’il faut ou non manger. Mais rien à faire… quand la crise vient, c’est le tsunami. Tu essayes bien de faire passer des aliments “sains” dans tes crises. Mais ce n’est pas de ça que tu as envie.
C’était pareil pour moi… j’ai tenté les légumes cuits ou cru, le pain avec du beurre et du fromage et c’est tout. Mouais… ça a rarement été la fin ce bout de pain…

Et je me suis aperçue que de me donner un but m’a permis de moins souffrir. De moins me jeter sur la nourriture quotidiennement.

Donner un sens à sa vie avec l’hyperphagie : être fière de soi

Le bilan actuel

Dans un premier temps, prends conscience de tout ce que tu as réalisé dans ta vie. D’un point de vue pro ou perso. Et célèbres cela comme tu le ferais pour une copine qui l’aurait vécu et que tu n’aurais pas vue depuis 5 ou 10 ans.

Tu as fait un pas à la fois et tu as bien avancé. Tu as créé des choses (des objets, une famille, un travail, des choses solides), tu t’es relevée de certaines épreuves, tu as appris de nouvelles compétences (en tant que femme indépendante, que maman,…).
Prends le temps de noter tout ce que tu as pu faire dans ta vie et ressent la fierté de les avoir fait. Tu as eu des victoires et des échecs. Cependant, même tes échecs t’ont appris certaines choses. La résilience en fait peut-être partie.

Je te mets ici un article sur 10 questions à se poser si cela t’aide. Il parle de se les poser pour l’année écoulée tandis qu’ici, nous parlons de le faire sur la totalité de ta vie. Cependant, les questions peuvent t’aider je pense. 🙂

La projection

Maintenant, une partie peut-être moins évidente pour toi : te projeter à plus tard, quand tu seras vieille. Tu es sereine, dans un siège massant. Tu fais une pause bien méritée dans ta journée. Tes enfants et petits-enfants sont venus te voir (pour Pâques? 😉 ) et sont curieux d’en savoir plus sur ta vie.

Qu’as-tu envie de leur raconter? Qu’aimerais-tu faire dans ta vie de notable pour leur raconter pour ce week-end de Pâques? Voyager? Faire partie d’un projet altruiste? Quoi? Qu’est ce qui te tient à cœur à toi personnellement?

En route pour plus de sens dans ta vie malgré l’hyperphagie

Maintenant que tu as vu le chemin parcouru et celui qui peut te mener vers plus de sens dans ta vie, il te faut le mettre en œuvre.

Ce qui te tient à cœur de faire pour le raconter à tes vieux jours devient comme un objectif. Si tu as besoin, j’ai fait un article sur la fixation d’objectifs.

Fixes-toi un plan d’action

  • Poses-toi tranquillement devant une feuille blanche
  • Note ton objectif au centre de ta feuille et entoure-le (ou encadre-le)
  • Réfléchis maintenant à tout ce que cela signifie pour toi. (si ton objectif est de faire un long voyage, vois ce que signifie “long” en terme de temps ou de distance ou autre)
  • Une fois que c’est clair pour toi, que ton objectif est visible dans ton esprit, prends une deuxième feuille vierge (blanche ou à lignes, comme tu préfères)
  • Marques ton objectifs SMARTEP (voir article sur les objectifs) en haut de ta feuille
  • Indiques toutes les étapes qu’il va falloir faire pour le concrétiser peu importe le sens où ça te vient en tête (mettre de l’argent de côté, planifier le voyage, réserver les transports, prévenir le travail, réfléchir aux hébergements, etc.)
  • Puis, reprends les différentes étapes et remets-les dans l’ordre.
  • Pour chaque étape, dater une échéance réalisable (ex: pour mettre de xx€ de côté, à raison de …€ par mois, il faudra … mois/années) et regrouper les étapes pour en faire un point d’étape intermédiaire à ton objectif.
  • Tu as maintenant un plan d’action pour cet objectif.

Et maintenant, je fais quoi?

Garde en tête que tu t’es fixé un objectif aujourd’hui mais cela ne t’empêche pas de changer les choses en fonction de tes évolutions personnelles.
Par exemple, si tu souhaitais faire un voyage de 5 mois à travers l’Asie, tu peux te rendre compte que ça a changé. En effet, tu préfèrerais plutôt l’Afrique par exemple. Dans ce cas, vois ce que cela change dans tes étapes et ajuste.

Rien n’est écrit dans le marbre. La seule étape que tu peux cependant suivre avant de changer ton objectif est de savoir si cela te ferait également plaisir de le raconter à ta famille pour tes vieux jours.

Félicites-toi à chacune de tes victoires, félicites également chaque changement d’objectif global qui s’opère.

Le fait de te fixer des objectifs au delà de l’hyperphagie est important. Cela va remettre ton cerveau sur une énergie plus créatrice. Et une énergie créatrice d’un projet qui te tient à cœur, qui a du sens pour toi.
Cela va te donner un sens à ta vie malgré l’hyperphagie. Un objectif à atteindre, un cap.

Et une fois atteint?

Une fois que tu auras atteint ton objectif, retourne dans tes vieux jours, retrouve ta famille qui est venue te voir pour un week-end. Retrouve ton fauteuil massant et raconte-leur (ou trouve un moyen de leur transmettre). Et imagine une autre chose que tu aimerais leur raconter.

Dans tous les cas, ta vie sera riche. Cependant, tu peux décider de leur parler en continu de ton combat contre l’hyperphagie (qui mérite d’être conté également), ou de leur en parler et de leur montrer que, malgré l’hyperphagie, tu as fait d’autres choses.
L’hyperphagie aura peut-être sa place dans le récit que tu leur feras. Mais, n’aimerais-tu pas raconter bien plus que cela?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *